Un nouvel espace "La Villemarqué - Le Barzaz Breiz"

Le Conseil départemental du Finistère a fait l'acquisition des archives de Théodore Hersart de la Villemarqué, désormais conservées aux Archives départementales du Finistère.

Le fonds d'archives de cet illustre Quimperlois, père du Barzaz Breiz, présente un intérêt majeur pour la recherche et la valorisation du patrimoine culturel de la Bretagne.

Le classement des documents et le catalogage de la bibliothèque font l'objet d'un programme de mise en valeur qui se poursuivra jusqu'en 2021, année où une exposition et de nombreuses animations consacreront la restitution des archives de La Villemarqué au grand public par la mise en ligne d'un inventaire numérique et l'accès aux documents numérisés.

Le début d'une saga avec des présentations renouvelées tous les trimestres dans ce nouvel espace "La Villemarqué - Le Barzaz Breiz" au sein du Musée breton au gré du classement du fonds et des mises en ligne des dossiers de valorisation scientifiques du Centre de recherche bretonne et celtique. 

Acquisition du fonds

Le Conseil départemental a acquis le fonds d'archives, les carnets de collecte et la bibliothèque de travail de Théodore Hersart de la Villemarqué à la famille afin que cet ensemble documentaire de première importance pour la culture bretonne, puisse être conservé et valorisée dans une institution publique ouverte à tous.

Le 30 novembre 2018, la signature officielle a eu lieu entre Nathalie Sarrabezolles, présidente du Conseil départemental et Guy de La Villemarqué, représentant la famille Ce moment, chargé d'histoire, s'est déroulé en présence de l'ethnologue Donatien Laurent qui redécouvrit les carnets de collecte en 1964 et initia une nouvelle approche de recherche sur l'auteur du Barzaz-Breiz qui se poursuit encore.

Qui êtes-vous Théodore ?

Né à Quimperlé le 6 juillet  1815, Théodore Hersart de La  Villemarqué partage son enfance entre cette ville et la campagne de Nizon, près de Pont-Aven, où ses parents possèdent le manoir du Plessix. Député du Finistère en 1815, son père, Pierre Hersart de La  Villemarqué, occupe à partir de 1822 le poste de sous-préfet de Quimperlé. Sa mère, Ursule Feydeau de Vaugien, la «  dame de Nizon  », est très appréciée de ses fermiers de Nizon et la légende familiale veut qu’en échange des soins qu’elle leur prodigue, elle ait été «  payée  » en retour par des chansons. C’est elle qui aurait donné le goût de la collecte de chants bretons au plus jeune de ses deux fils, qui lui est affectivement très attaché. Après ses études aux collèges de Sainte-Anne-d’Auray (1824), de Guérande (1828), puis de Nantes (1830), celui-ci gagne la capitale à la fin de 1833, baccalauréat ès lettres en poche, et s’inscrit comme élève libre à l’École des chartes. Il fréquente les bibliothèques et a ses entrées dans les salons littéraires, où figure en bonne place son «  cousin  » François-René de Chateaubriand.

 

À Paris, il fait la connaissance d’autres jeunes Bretons, dont le poète Auguste Brizeux, qui se réunissent régulièrement autour de Le Gonidec, le rénovateur de la langue bretonne. Le milieu des années 1830 est l’occasion de banquets bretons où s’expriment des revendications identitaires. La Villemarqué lui-même s’y montre quelque peu virulent dans les odes qu’il compose pour la circonstance et dont on retrouve la teneur en introduction à « Un débris du bardisme », article publié en mars 1836 dans la revue catholique L’Écho de la Jeune France, où il fait paraître son tout premier chant, « La peste d’Elliant ». Persuadé que les gwerzioù permettent encore de retracer une histoire de la Bretagne dont on ne fait que peu de cas dans l’histoire générale de la France, il a commencé, dès 1833-34, à noter sur des carnets des chants de la région de Nizon, avant d’élargir son terrain d’enquête vers la Haute-Cornouaille.

 

Auteur : Fañch Postic ; CRBC / novembre 2016

Classement du fonds

À la suite de l'inventaire de recherche transmis par le Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) et réalisé par Fañch Postic et Nelly Blanchard, les Archives départementales vont poursuivre le travail dans le respect de l'existant pour aboutir au catalogage de la bibliothèque et à la rédaction d'un instrument de recherche numérique avec une description archivistique pièce à pièce pour les carnets de collecte et les documents archives. À terme, les images numérisées au préalable par le CRBC seront liées à l'inventaire et une table de concordance sera établie pour faciliter la recherche.