L'archéologie : 500 000 années d'histoire finistérienne

Le Musée conserve l’une des grandes collections publiques d’archéologie de Bretagne.
Cet ensemble a fait l’objet d’enrichissements réguliers durant toute l’histoire du Musée, à l’occasion de découvertes archéologiques réalisées en Finistère, ou par achat sur le marché de l’art.
À titre d’exemples, on mentionnera tout particulièrement : la collection d’orfèvrerie préhistorique et antique (collier de Tréglonou ; torsade d’Irvillac ; trésor gallo-romain de Carhaix ; la collection de céramique préhistorique et antique ; l’ensemble des principales sculptures gallo-romaines exhumées en Finistère).
En 2013, cinq objets (bracelets, torsade, fragments) découverts fortuitement par un habitant de Gouesnac’h ont été acquis par le Conseil départemental, avec le concours du Fonds régional d’acquisition pour les Musées (Etat-Région Bretagne).

 

Du Moyen Âge à nos jours : 9 siècles d'art appliqué en Finistère

Un autre grand « pan » de la collection du Musée relève du domaine des arts appliqués tels qu’ils se sont développés en Finistère : céramique, mobilier et sculpture sur bois, orfèvrerie, vitrail… Il couvre la période allant du Moyen Âge jusqu’au XXe siècle et comprend principalement :

Un très riche ensemble de céramique (faïence et grès) finistérienne, principalement quimpéroise (1725 pièces)

Depuis les années 1870, la collection s'est constamment enrichie ; toutes les périodes et styles sont bien représentés : la production "populaire", l’éclectisme du XIXe siècle, le "genre breton" (Porquier-Beau), les décors "botaniques" (vers 1880),  l’entre-deux-guerres et la période Art Déco, le renouveau de l’après-guerre.
Aujourd'hui, des artistes céramistes  de grande qualité ont choisi de vivre en Finistère. Leur production est désormais prise en compte par le Musée, qui leur a consacré en 2016 une exposition, « Finisterres, la céramique, un art d’aujourd’hui ».

La collection de mobilier

La collection de mobilier permet d’étudier l’histoire du meuble en Bretagne occidentale depuis le XVIe siècle jusqu’au milieu du XXe. Les enrichissements récents de la collection ont permis principalement d’illustrer les tentatives pour créer, dans l’entre-deux-guerres, un « mobilier breton moderne » (mobilier de l’exposition internationale des Arts décoratifs, en 1925, meubles de Paul Fouillen, mobilier néo-celtique de Jacques Philippe, meubles par Jim Sévellec, Robert Micheau-Vernez, Gaston Sébilleau, etc.). La nouvelle section du mobilier, ouverte en décembre 2016, témoigne de la qualité de ces productions.

La collection de sculpture du Moyen Âge au XXe siècle

L’ensemble de statuaire couvre une période allant du Xe au XXe siècle. Ont été acquises les œuvres (134) de la plupart des nombreux et talentueux sculpteurs ayant, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, représenté des Finistériens et Finistériennes : Emile Bachelet, François Bazin, Armel-Beaufils François Caujan, François Méheut, René Quillivic, Eloi-Robert, etc.

Le Finistère d’or et d’argent : l’orfèvrerie

Aux époques médiévales et modernes, des ateliers d’orfèvres de grande qualité furent actifs à Morlaix, Quimper, Brest et Landerneau. La collection d’orfèvrerie rend compte de cette production. 

Une importance collection de monnaies anciennes a fait l’objet de récents enrichissements, tels ce trésor de 203 monnaies d’or du XIVe siècle découvertes par un habitant de Saint-Pol-de-Léon à l’occasion de travaux.

La collection des costumes du Finistère

En 1878 fut décidée la création d’une "galerie des anciens costumes bretons" : ce fut en 1884 le célèbre panorama de la  Sortie de noce en Bretagne, présentation qui fit date dans l’histoire de la muséographie française. Le Musée eut ici un rôle de pionnier, en France, dans la prise en compte d’un patrimoine textile populaire, jusqu’alors considéré comme peu digne de conservation. Le caractère précoce de cette prise en compte permit aux collecteurs d’alors de procurer au Musée des pièces remontant au premier quart du XIXe siècle. Le développement de cette collection ne s’est depuis pratiquement jamais interrompu, de sorte que le Musée est sans conteste le premier conservatoire matériel du patrimoine textile de la Bretagne occidentale. Le développement récent de la collection textile du Musée a désormais pris en compte la création de stylistes inspirés par les modes traditionnelles (Val Piriou, Pascal Jaouen, Bleuenn Seveno, Mathias Ouvrard, etc.)

Images et visages du Finistère

De tous les départements français, le Finistère est sans doute – hors Paris – celui qui a le plus attiré et inspiré les artistes, peintres, graveurs, dessinateurs, affichistes, etc. Cette extraordinaire attractivité se reflète dans les collections du Musée départemental qui recherche, recense, et quand cela est possible, fait entrer dans la collection finistérienne ces « images » du Finistère.

Le Finistère dessiné et gravé

Le Musée départemental conserve la collection publique bretonne la plus importante : à travers 3212 dessins et 3126 estampes, près de 800 artistes originaires du monde entier y sont représentés, réunis en raison de leur intérêt pour le Finistère.

Le Finistère peint

Quelques-uns des noms les plus fameux parmi les peintres du Finistère sont aujourd’hui présents dans la collection (140 oeuvres peintes) : Eugène Boudin, Mathurin Méheut, Lucien Simon, Pierre de Belay, Yvonne Jean-Haffen ou Bernard Buffet, etc. Dans les salles du musée, leurs œuvres figurent, pour le visiteur, les costumes ou les meubles dans leur contexte social, quotidien ou festif.

Il faut bien sûr rappeler ici que le Conseil départemental a confié à son Musée la gestion et la mise en valeur de la collection de peinture du Manoir de Squividan (1336 œuvres récolées), presque toute entière formée de représentations du Finistère et de ses habitants.

Le Finistère à l’affiche

La collection du Musée départemental (938 pièces) comprend la plupart des affiches artistiques relatives aux campagnes touristiques (compagnie des chemins de fer, etc.) et commerciales (conserveries, biscuiteries, etc.) relatives au Finistère lors de cet âge d’or de l’affiche que furent les années 1890 à 1930.

Le Finistère en photographie

Les fonds importants du Musée (environ 15000 documents) sont ponctuellement enrichis de clichés en lien direct avec les autres aspects des collections (vues de costumes..).